Est-il important d'apprendre le code ?

Est-il important d'apprendre le code ?

Avatar
par Guillaume Rochard, Content writer
29 juillet 2021

L'histoire de Mélisande, qui n'aime pas le code mais qui pense que tout le monde devrait l'apprendre

Apprendre l'informatique pour changer le monde

Toutes les semaines, l'émission Les casseurs de Code, donne la parole à des personnes qui ont appris le code pour ajouter une corde de plus à leur arc, de concrétiser des idées, de laisser libre cours à leur créativité, d'acquérir un état d'esprit. Ces personnes n'avaient pas toute vocation à devenir dev. Mais toutes ont découvert de nouveaux horizons et de nouveaux métiers. Comme dirait l'autre :

Code isn't the thing, it's the thing that gets us to THE thing.

L'histoire de Mélisande, qui n'aime pas le code mais qui pense que tout le monde devrait l'apprendre

Voici la retranscription de l'épisode de Mélisande, qui a fait THP en 2018. L'épisode est disponible au format audio à cette adresse. Et la retranscription ci-dessous :

Relire le chapitre 2

Est-il important d'apprendre le code ? : Chapitre 3

Félix

Bonsoir Mélisande

Mélisande

Bonsoir Félix

Félix

Comment ça va en ce jeudi soir ?

Mélisande

Étant donné qu'on vient de boire une bière, ça va super bien, c'est très relaxant. C'est pour ça qu'on est dans les meilleures conditions pour tourner ce podcast ce soir.

Félix

En tout cas, merci beaucoup de prendre le temps avec moi ce soir, de discuter de ton parcours avant THP, de ton parcours après THP. J'aime beaucoup toute ton histoire, et je voulais commencer avec une question simple, tu as fait THP en 2018, c'était comment?

Mélisande

C'est une grande question parce que clairement, il y a eu un avant THP et un après THP. Moi, j'ai changé de vie et donc ça dépend quel partie tu veux savoir.

Félix

Eh bien moi, je te propose les trois parties. Avant, pendant et après? Ça me semble tout à fait honnête. Alors, Mélisande, qui étais tu avant THP?

Mélisande

C'est super loin. Je dois me remémorer qui j'étais avant d'avoir la vie que j'ai aujourd'hui. Avant, j'étais une bonne élève. Je travaillais bien à l'école. J'ai fait 9 ans d'apprentissage, du CAP au master, donc j'ai travaillé depuis que j'ai 15 ans.

Félix

9 ans d'apprentissage ? C'est énorme ça, c'est rare non?

Mélisande

C'est rare en effet, mais c'est bien parce que je n'avais pas le choix déjà. Je n'avais pas trop de thunes. Et donc, du coup, j'ai fait un CAP puisque j'avais besoin de thunes. Mais en fait, j'étais bonne à l'école. J'aimais bien apprendre. Donc j'ai continué et je me suis chauffé jusqu'au master.

Surtout, j'ai fini major de la promo de master finance dans une école de commerce. Alors qu'ils m'avaient refusé trois fois d'affilée. Ils m'ont refusé pour ma licence, puis pour le master 1. Quand je suis rentré pour les sélections de mon master 2, les mecs quand j'ai ouvert la porte, ils m'ont dit "Encore vous ?!". Et du coup, ils ont été obligés de me prendre. Et puis, j'ai fini major avec félicitations du jury. C'est une histoire vachement drôle à raconter.

Félix

La résilience dans toute sa splendeur. Très, très belle histoire. OK donc 9 ans d'apprentissage.  Bravo. Parce que du CAP jusqu'au Master, tu fais partie des 1% des gens qui y arrivent. Donc 9 ans d'apprentissage, et après ?

Mélisande

Sur les 9 ans, j'ai notamment bossé 5 ans dans le milieu bancaire, 3 ans chez BNP-Paribas. J'aimais bien mon travail Je faisais plutôt bien mon travail pour une jeune et du coup, j'ai encore une fois eu beaucoup de chance puisqu'à la sortie de mon master 2, on m'a proposé un poste de directrice d'agence. Quand tu viens d'où je viens, on n'avait pas trop de thunes ... Mes parents, mes frères et sœurs n'ont trop pas fait d'études et du coup, là, moi, j'avais 24 ans, on me propose un boulot de directrice d'agence et à l'époque, j'étais payée 3500 balles. Vous vous imaginez bien que j'ai accepté très rapidement. À ce moment là, je crois que c'était un des plus beaux jours de ma vie. Je m'en souviens encore.

En plus, c'est une des meufs qui ne voulait pas me reprendre. Je me souviens pendant 15 jours, 3 semaines, c'était wow. J'étais un peu là ... c'était fou, quoi. Et donc j'étais très, très contente de prendre ce poste de directrice d'agence où je gagnais vachement bien ma vie.

Et puis j'ai commencé. C'est dur de prendre un poste de directrice de l'agence quand on a 24 ans.

Félix

C'est quoi le poste de directrice d'agence?

Mélisande

On était pas beaucoup, j'avais une toute petite agence, mais c'est quand même avoir des responsabilités, des pouvoirs de décision, ce que tout le monde n'a pas dans les banques. J'avais dans mon agence 1500 clients à peu près. Je remplaçais un mec qui avait 60 ans. Donc moi, j'avais 24 ans, le gars était là depuis 6 ans et moi je me disais "Mais les clients, ils vont dire quoi?"

J'ai longtemps pensé que les mecs allait dire "On a pas confiance, c'est une gamine!" Et puis, en fait, ça a été l'effet inverse. Ils me disaient "Si vous êtes la à 24 ans, c'est que vous vous êtes trop douée, non?". Les 6 premiers mois méga-dures. Et puis surtout, il se passe la chose suivante: le week-end, je passais mes week-end à jouer à la play.

En gros, j'avais l'habitude d'avoir un apprentissage où je travaillais beaucoup, le week-end j'apprenais mes cours et puis on m'a donné mon poste de directrice d'agence. Et au bout de six mois, quand j'ai commencé à bien tenir le truc, je passais mes week-ends à ne rien faire. Et donc, je me suis dit "Ok c'est ca ta vie?". Donc, ta vie dans l'avenir, c'est t'as fait la semaine, rentrer chez le toi le week-end et jouer à la play. Puis on passe le chien, les gosses dans le futur ...

Félix

C'est quelque chose qui à 25 ans ne te satisfaisait pas ?

Mélisande

Ben ouais, je me suis dit "Putain, c'est ça la vie des gens encore pendant 40 ans" Un travail, je rentre le week-end, je joue à la play et mes seules perspectives d'avenir, c'est avoir des gosses, acheter une maison et prendre un chien. Je suis désolé, je dépeins ca comme ca parce que c'était mon ancienne vie.

Mais moi, je veux des enfants et tout, mais dans cette configuration, je le voyais pas, je m'ennuyais. Et du coup, je suis allé à un Startup Weekend. C'est un week-end où on apprend à monter des startup et là, j'ai des gars qui m'ont mis cher. En gros, ils ont déconstruit tout ce que l'éducation avait construit dans mon esprit, c'est à dire aller à l'école, prendre un job, bien gagner sa life et faire carrière.

Félix

Comment ont-ils déconstruit ça?

Mélisande

Moi je viens de nulle part, j'ai jamais eu de thunes. D'un coup, j'ai 24 ans, on me donne un poste de directrice d'agence avec un salaire de 3500 balles. On me dit tu vas faire carrière chez BNP Paribas. La voie royale. Et en fait, j'ai un mec en face de moi qui me dit mais "Mais la vie, c'est pas ça."

Je lui dis mais attends, t'es en train de me dire que je pourrais peut être devenir entrepreneur ? Que je vais perdre du fric, que je vais galérer comme tous les entrepreneurs qui galèrent? Mais je peux pas démissionner d'un travail ...  Et il me dit écoutes : "Rentres chez toi, allume YouTube, écoute The Family. Et puis on en reparle."

Et du coup, un an et demi s'écoule. Je monte des petits projets, j'apprends, j'apprends. Et voilà, un matin, je décide de démissionner de BNP Paribas. Parce que je voulais devenir entrepreneur, mais je savais pas comment, je n'avais pas d'associé, pas de projet, pas d'idée, rien du tout. Mais j'en avais juste ma claque, je démissionne.

Et là, le truc se passe. Je découvre THP, l'alignement des planètes et en fait, moi, j'ai toujours travaillé et donc je me souviens, j'étais là au mois d'août, je démissionnais, mon dernier jour c'était le 25 septembre. Et je me dit le 25 septembre, c'est un vendredi. Mais qu'est ce que je fais le lundi? Je peux pas devenir entrepreneur et me dire que j'ai rien à faire le lundi et donc fallait que je m'occupe.

Et donc le lundi matin, j'ai commencé The Hacking Project.

Félix

Mais pourquoi as-tu voulu faire THP ?

Mélisande

C'est une super question.

Parce que j'avais fait des projets où j'avais bossé avec des techs et qui me disaient tout le temps, débrouille toi, t'as qu'à apprendre, ça tu peux faire tout seule. Tu sais, quand tu veux devenir entrepreneur, on dit toujours "Ouais, tu peux pas si tu codes pas". Et en fait, c'est un peu vrai et un peu faux en même temps. Je pense aujourd'hui que t'as pas besoin d'être développeur pour monter une boite. Heureusement il y a plein d'autres moyens. Par contre, t'es obligé de comprendre le monde de la tech pour monter une boite.

Donc j'ai commencé THP parce que je voulais vraiment apprendre à coder tout simplement. Je voulais apprendre à coder parce que j'étais sensibilisé déjà au fait que c'était important. Et donc super expérience. J'étais dans une team incroyable. On est devenu super potes, on rigolait trop, on s'entraidait vraiment.  Ca fait du coup deux ans et demi, mais si je suis assise aujourd'hui ici, c'est que pour moi, THP c'est une grande histoire d'amour.

Félix

Donc, t'as fais THP, tu disais que tu avais une team incroyable, que ça s'est trop bien passé... Qu'est ce que t'aimais dans la formation ? L'apprentissage du code? Le peer-learning ?

Mélisande

Alors la méthode THP je pense que c'est vraiment un truc incroyable. THP c'est communautaire et c'est ça qui est incroyable. C'est ça qui fait kiffer.

C'est que les gens s'entraident. C'est que quand il y en a un qui arrive pas, la team l'aide. Moi, je n'étais pas doué en code. On m'expliquait tout temps plein de trucs. Et ce qu'il m'a plu c'est l'apprentissage du code avec des gens en communauté.

Félix

Toi en plus tu alternais entre Paris et Strasbourg non ?

Mélisande

Pour des raisons perso j'étais entre Strasbourg et Paris, donc j'avais non pas une, mais deux team. Donc j'ai en plus la chance de faire partie de deux team et qui étaient d'ailleurs toutes les deux incroyables ! À Strasbourg il y avait une team de petits jeunes de 20 ans, c'était des jeunes géniaux. Je les ai fait venir au Startup Weekend et tout après, je les ai aider à monter des projets. C'était top.

Et à Paris, j'avais une team plutôt de gens de mon âge, où on venait tous de secteurs différents, qui sont pour la plupart encore potes avec moi aujourd'hui, pour te dire qu'en plus, ça tient dans la durée, c'est trop cool.

On bossait à la BNF à l'époque où, il y avait notre team et il y avait au moins cinq ou six autres. C'était la grande famille THP.

Félix

Et alors, le code? L'apprentissage du code?

Mélisande

On va dire que tout le monde n'est pas fait pour coder. Moi j'ai pété un câble. Mais c'est passionnant d'apprendre à coder, je suis impressionné par la magie que ça créé le code, mais par contre, personnellement, je déteste ça.

C'était horrible pour moi, donc c'était vraiment difficile pour moi d'apprendre à coder. J'ai adoré l'expérience THP. J'ai adoré la communauté et c'est pour ça que je suis toujours investie aujourd'hui. Mais par contre, le code, je n'aime pas ça. Et c'est bien parce que c'est grâce à THP, que j'ai appris que je n'aime pas le code.

Félix

Et qu'est ce que tu aimais pas dans le code?

Mélisande

C'est très simple. Moi me prendre la tête, alors ceux qui feront la formation vont comprendre plus tard, mais moi me prendre la tête pendant trois heures parce que mon tiret et mon point virgule n'est pas un bon endroit... J'ai l'impression de perdre mon temps c'est horrible, et ça me rend dingue que ça n'avance pas.

Mais par contre, je suis quand même trop contente d'avoir fait la formation parce que c'est essentiel d'avoir les bases du code aujourd'hui.

Félix

Essentiel carrément? Tu estimes avoir les bases du code ?

Mélisande

Complètement, c'est sûr. J'ai complètement les bases du code et c'est grâce à THP. Et dans le monde d'aujourd'hui, il y a plein de raisons qui font qu'on est obligé de comprendre ce qui se passe autour de nous, rien que pour ça c'est très bien d'avoir des bases en codes et d'apprendre à coder. Et surtout dans mon objectif à moi qui était de devenir entrepreneur, tu peux pas te passer de comprendre le code quand tu veux devenir entrepreneur dans les startup.

Félix

Donc maintenant, tu as monté ta boite c'est ça?

Mélisande

Alors exactement, du coup pour terminer sur THP, j'ai donc pas fini l'entièreté de la formation. Parce que de un, je n'étais pas faite pour coder et de deux, j'ai rencontré ma première associé avec qui j'ai monté ma première boîte. On a signé des clients pendant qu'on était en train de faire THP, et on devait faire le choix entre aller signer des clients ou continuer d'apprendre à coder alors que je savais très bien que je ne coderais pas. On a choisi de faire les clients et donc j'ai arrêté la formation au milieu, mais ça m'a quand même apporté énormément de choses.

Félix

Donc t'as monté ta boite et est-ce que le code te serre dans ta vie tous les jours?

Mélisande

Alors j'ai monté une première boite qui s'appelle Héroyn, qui est un bootcamp d'entrepreneuriat féminin et qui était en 100% du code. Mais on a tout monté en no-code. Ni mon ex-associé ni moi étions tech donc on utilisait des logiciels sans codes. Ca a ces limites évidemment. Et c'est bien pour ça que c'est la première raison pour laquelle c'est bien d'apprendre à coder. C'est à dire que quand on a des bases de code qu'apporte THP, on peut utiliser des outils low-code. C'est pas du no-code, c'est pas non plus du code pur et dur, c'est des outils où si t'as quelques bases de code, t'arrives à faire des trucs de fou. Donc ca c'est le premier truc important. Mais surtout maintenant, ça fait maintenant deux ans et demi que je entrepreneur à temps plein, j'ai donc une autre boite. J'ai arrêté ma première association : la vie de l'entrepreneuriat.

Je suis aujourd'hui associé avec Jules, on monte une super app pour sortir dans les bars et trouver les happys hours. Et Jules étant tech, on monte un produit et clairement aujourd'hui si je n'avais pas fait THP, je comprendrais pas la moitié de ce que Jules me raconte. 

Et le fait de savoir coder, ça permet de briser certaines barrières. Je veux dire, au moins pour comprendre déjà la logique. Parce que les techs ont une logique que si toi t'as jamais essayé de coder, tu comprends pas. Ensuite parce que en tant que tech il a envie de se faire écouter, et une boite c'est et la technique et le reste. Donc les deux on besoin de communiquer. Alors si tu ne comprends jamais le tech qui bosse avec toi, t'avances pas et ca crée de la friction. Et donc tout ce que j'ai appris chez THP m'aide à communiquer avec Jules tous les jours et nous permet d'avancer plus vite. Et c'est surtout que maintenant, avec le recul, j'ai envie de dire à chaque personne qui a envie de se lancer, mais dans quel monde on se lance si on n'a pas appris un minimum a coder? Enfin, faut arrêter de rêver.

Parce que les gars qui se lèvent le matin, se disent "J'ai envie de créer une boîte dans le numérique, je ne sais pas coder, c'est pas grave, je vais payer des gars." Pas besoin d'apprendre à coder ? Mais arrêtez de rêver. Tout le monde a 3 mois de sa vie pour faire une formation comme THP pour apprendre les bases du code et être armé pour la suite. On monte des boites dans le numérique, il faut savoir coder un minimum, on demande pas aux gens d'être dev, mais juste de comprendre ce qui se passe.

Félix

En fait, c'est bien de savoir coder juste pour comprendre un peu l'univers dans lequel on est ? En quoi c'est indispensable de connaitre un peu l'univers du code, pour se lancer dans le numérique ?

Mélisande

Pour comprendre ce qui se passe autour de nous. Si on veut être bon en marketing, il faut avoir des bases de code. Si on veut embaucher correctement les gens, il faut avoir des bases de codes. Moi, j'ai des exemples comme ça qui sont scandaleux.

Je fais un peu de freelance de temps en temps, notamment maintenant que les bars sont fermés, je fais 3-4 jours de free par mois et donc ça m'amène à bosser avec des start up et je bossais avec des clients qui n'ont pas de tech dans l'équipe. Donc c'est des mecs qui sont pas du tout dev.

Félix

Zéro dév dans l'équipe, personne qui connait le code ?

Mélisande

Exactement donc ils sous-traitent. C'est des gars, ils ont une idée, faire une appli ou une market place, peu importe, j'en ai plusieurs comme ça. Ils ont une idée, la pose sur le papier, se disent qu'ils savent pas coder et donc doit trouver quelqu'un qui sait le faire. Normal, tout le monde se dirait ça. Ok ba ils trouvent quelqu'un qui sait le faire, puis se font niquer 9 fois sur 10. J'ai des gars comme ça qui ont payé 10.000 balles. Des sites web où si je vais dessus, je le vois à 10.000 km qu'il y a rien qui va, ils se sont fait niquer.

Récemment il y a un mec qui a fait un devis de 10.000€ pour exécuter un truc de dev. Le mec n'a jamais complété l'entièreté de ce qu'il a dit qu'il exécuterait. Par contre, il a fait ses jours. Et du coup, il dit à l'entrepreneur "J'ai fait mes jours. J'arrête là, je finirai pas. Ou bien tu me payes plus. " Donc l'entrepreneur lui souligne que c'était pas le deal. Et maintenant, le dev menace l'entrepreneur de hacker son site internet si il paye pas.

Alors, qu'on sait toi et moi que c'est des menaces qui sont non fondées. Ce que des gens qui sont techs vont faire à des gens qui ne comprennent rien à la tech pour leur faire peur et prendre du fric.

Du coup, mon expérience plus tout ça, me fait dire que l'on ne peut pas vouloir devenir entrepreneur dans le numérique si on n'a pas un minimum de base de code. Et tout le monde a 3 mois de temps pour apprendre à coder un minimum pour devenir meilleur. On parle de ça, de construire des meilleures boîtes et de gagner de l'argent dans le futur. C'est pas du tout une perte de temps. C'est un gain de temps. Ça n'a rien à voir.

Félix

Est ce que tu as un dernier mot à ajouter pour cette interview?

Mélisande

Si vous avez des rêves, foncez les faire parce que vous pouvez pas regretter d'y être allé. Et apprenez à coder si vous voulez devenir entrepreneur.

Non, mais je le pense. C'est pour que les gens évitent de faire des erreurs. Ils prennent ça un peu sur l'épaule, mais non, non, non il faut le savoir faire un minimum. Il faut comprendre ce qui se passe.

Mais voilà, réalisez vos rêves, allez-y et ne vous retournez pas. Ça, c'est mon dernier conseil. Exactement parce que du coup, c'est vrai j'ai commencé l'interview en me disant "J'avais une vie avant" et on a oublie celle là. En fait, j'avais une vie avant qui n'était pas la vie que j'ai aujourd'hui et à l'époque, je n'avais aucune idée de ce que ça allait devenir. J'ai démissionné de mon poste de directrice d'agence en ayant peut être quelque part l'impression de tout quitter. Mais en fait, ce que j'ai récupéré après, c'était ce qu'il y a de mieux. Je dis toujours je vis ma meilleure vie et j'y suis.

Félix

Merci beaucoup, Mélisande, pour avoir pris le temps de discuter avec moi de ton parcours, de ton avant, de ton après THP. J'espère que tu as passé un très bon moment.

Mélisande

Merci à toi, Felix. C'était génial et c'est un plaisir de pouvoir partager mon expérience pour les gens de THP.

Lire le chapitre 4

graphical divider

Ces articles devraient vous plaire

Que faire si on ne trouve pas d'emploi ?
Nos élèves
15 septembre 2021

Que faire si on ne trouve pas d'emploi ?

L'histoire de Fanny, qui a crée son entreprise parce qu'elle ne trouvait pas de travail dans ce qu'elle voulait

Guillaume Rochard
Par Guillaume Rochard
Comment faire de la cybersécurité ?
Nos élèves
08 septembre 2021

Comment faire de la cybersécurité ?

L'histoire de Baptiste, qui est hacker pour le Ministère des Armées

Guillaume Rochard
Par Guillaume Rochard
 Peut-on faire de l'art avec le code ?
Nos élèves
02 septembre 2021

Peut-on faire de l'art avec le code ?

L'histoire de Clyde, qui s'aide du code pour faire ses œuvres d'art

Guillaume Rochard
Par Guillaume Rochard
arrow-up icon