Peut-on faire de l'art avec le code ?

Peut-on faire de l'art avec le code ?

Avatar
par Guillaume Rochard, Content writer
02 septembre 2021

L'histoire de Clyde, qui s'aide du code pour faire ses œuvres d'art

Apprendre l'informatique pour changer le monde

Toutes les semaines, l'émission Les casseurs de Code, donne la parole à des personnes qui ont appris le code pour ajouter une corde de plus à leur arc, de concrétiser des idées, de laisser libre cours à leur créativité, d'acquérir un état d'esprit. Ces personnes n'avaient pas toute vocation à devenir dev. Mais toutes ont découvert de nouveaux horizons et de nouveaux métiers. Comme dirait l'autre :

Code isn't the thing, it's the thing that gets us to THE thing.

L'histoire de Clyde, qui s'aide du code pour faire ses œuvres d'art

Voici la retranscription de l'épisode de Clyde, qui a fait THP en 2018. L'épisode est disponible au format audio à cette adresse. Et la retranscription ci-dessous :

Relire le chapitre 17

Peut-on faire de l'art avec le code ? : Chapitre 18

Félix

Salut Clyde

Clyde

Salut Felix

Félix

Ce qui m'intéresse beaucoup avec ton parcours, c'est que tu es un artiste qui utilise le code en tant qu'outil pour tes pièces ?

Clyde

J'adore utiliser le code comme outil afin de développer pour dépasser les limites du possible et de l'inimaginable.

Félix

Mais d'abord tu as fait THP durant l'été 2018, tu étais qui avant ?

Clyde

Je viens d'un cursus d'arts appliqués, qui m'a permis de travailler en tant que directrice artistique pendant pas mal de temps dans Vivre.

Félix

Qu'est-ce que qu'est-ce que le métier de directrice artistique ?

Clyde

Encadrer des projets en donnant la direction artistique. La direction artistique c'est prendre des équipes, travailler avec des graphistes, des motions, des vidéastes, des gens spécialisés sur les réseaux sociaux pour faire passer un message, par exemple sur une brand/un produit.

Félix

Comment s'est passée ces premières expériences dans ce domaine-là ?

Clyde

C'était cool j'ai rapidement eu des responsabilités. Ça a toujours été le truc qui me plaisait. La curiosité, vraiment. J'ai fait ça avec pas mal de trucs. Récemment sur la peinture à l'huile et sur la couleur. Après je suis allé sur le vitrail, je suis parti m'installer au Chili, après je suis allé en Turquie.

En Turquie j'ai bossé en boite de prod principalement, donc j'ai appris tout le côté montage/after-effects. D'ailleurs, after-effects où tu as quand même une partie code où tu peux rajouter pas mal de features.

Et donc à ce moment-là, je rentre en France pour faire THP.

Félix

Pourquoi apprendre à coder ?

Clyde

Pareil, curiosité. Ça avait l'air super sympa comme outil, je ne le voyais pas encore à ce moment-là avant d'apprendre à coder, je n’avais pas encore réalisé que c'est simplement apprendre une autre langue. C'est comme l'anglais, comme l'espagnol, c'est la langue du computer.

Je n’avais pas encore réalisé que c'était ça. Mais en apprenant à coder tu réalises que c'est simplement apprendre un nouveau langage. C'est pas une question de mathématiques. Certes, il y a une forme de logique, mais dans n'importe quel langage, il y a une forme de logique. Les langages j'aime bien les apprendre aussi, parce que c'est un peu le fer de lance de mon métier où c'est de la communication. La communication c'est savoir utiliser du mot. Ou aussi avec la direction artistique c'est de la communication visuelle.

Donc c'est dans la continuité, toujours dans cette idée de communiquer. Et puis maintenant avec le code c'est dingue tu vas pouvoir communiquer avec des développeurs qui sont aux des quatre coins du monde, simplement en demandant un petit coup de main sur n'importe quel forum de code.

La bienveillance de la communauté des devs est formidable. Mais ça manque de filles. Je ne cesse de le répéter à toutes mes copines, apprenez à coder ! Même si elles ont l'impression à chaque fois que ça va être ultra compliqué, non n'importe qui peut le faire.

Félix

Donc tu choisis d'apprendre à coder été 2018, tu apprends avec THP en 3 mois. Ça s'est passé comment ?

Clyde

Très cool. Sur les 3 mois, j'ai dormi et rêvé code. J'ai fait des supers rencontres, des gens avec qui je garde toujours contact, soit par le Slack, soit aux apéros ou en créant des nouveaux projets. Pour un court métrage, j'avais fait appel à deux amis qui avaient répondu présent pour le projet.

Bien évidemment, comme n'importe quelle série, tu as les hauts et les bas. Au début tu as des journées où c'est génial, et à certains moments tout le monde pète des câbles.

Mais par exemple les premiers exercices autour de Twitter, me servent justement pour créer la prochaine pièce qui sort en scrappant. En fin de compte j'ai appris des trucs qui ont l'air évidents et simples et c'est pour ça qu'on les fait en première semaine à THP, mais c'est dingue quand tu t'utilises çà pour des œuvres d'art.

Félix

Qu'est-ce que tu as fait après THP ?

Clyde

Juste après, il y avait le 48Heures Film Project, c'est comme un hackathon mais spécialisé dans le court métrage de 5 minutes. Vous avez 48h, on vous donne une thématique et vous faites un court métrage.

C'était cool, j'ai invité une team à venir dans la maison de mes grands-parents en banlieue et on a passé 48 heures ensemble à jouer aux échecs, faire du montage et coder. Parce qu'on a utilisé le code justement.

Félix

Vous avez utilisé le code pour le cinéma ?

Clyde

Tout le but c'était de pas se taper l'affichage avec du after-effect où tu fais du Motion Design et tu affiches du texte, genre texto, comme une conversation qui se déroule sous tes yeux, sur ton écran. Et l'idée c'était d'aller beaucoup plus rapidement en ayant ce défilement de conversation entre notre héroïne essaye de se sortir d'un mariage terrible avec un producteur.

C'était très inspiré du manga de Osamu Tezuka, La femme insecte. L'histoire d'une femme très intelligente, comparée à une mante religieuse dans le sens où elle apprend énormément de choses différentes. Elle apprend tout et réussi par tous les moyens possibles et inimaginables à se sortir de n'importe quelle situation qui lui desserre.

Félix

Donc vous vous êtes inspiré de ce manga et vous avez utilisé le défilement pour le court métrage ?

Clyde

Que du défilement avec Ruby où en fait il suffisait simplement de faire un screenshot de l'écran. Toutes les parties étaient bien organisées, afin d'afficher dans l'ordre toute notre conversation et que le spectateur comprenne, à travers cet échange de textos, l'histoire de notre super héroïne.

Félix

C'est un court métrage basé sur les captures d'écran des conversations, des recherches que ton héroïne faisait ?

Clyde

C'est ça, exactement. Tout se passe dans l'ordinateur. C'est le premier court métrage que j'ai fait où je n'ai pas eu à shooter avec une caméra. J'ai tout fait via ordinateur, tout ce qui était graphisme, tout ce qui était texte.

Félix

Et donc, après ce premier projet, est ce que t'as fait d'autres projets ?

Clyde

Là, la pratique artistique que je commence à développer depuis un an dans l'art contemporain. On utilise le terme de plasticien, grosso modo c'est l'idée que tu fais un peu tout.

Et la deuxième pièce artistique avec du Artnet. Ça a été pas mal développé au cours des années 90 avec Fred Forest, qui est le grand pionner français qui faisait des sites Internet. Mais pareil, c'est n'importe quoi, ça ne sert à rien. Mais putain, qu'est-ce que c'est génial. Un bouton ? Tu arrêtes le temps !

J'ai eu une magnifique relation d'amour en 2020 et puis rupture. Et tu sais, tu arrives toujours à ce moment où tu fais quoi après ? Après une rupture, est ce que tu supprimes tous les textos ? Et donc, autant se dire que, justement, tous ces textos envoyés depuis des mois, c'est du matériel.

Et là, s'en est suivi le plus grand copié collé avec je crois 6000 échanges au total. Et puis simplement organiser les textos dans des arrêts aux bons endroits pour avoir une boucle infinie qui défile sur ce site Internet où les textos s'affichent, mais à une vitesse où l'oeil humain ne peut pas les lire. A chaque fois que tu cliques, ça donne une fenêtre de 5 secondes où là tu peux avoir juste un aperçu.

Et après, ça redevient au défilement extrêmement rapide. Pourquoi ? Pour te perdre en fait dans le sens de cette relation, dans le sens de tous ces textos. Tu sais pas où est le début, il n'y a pas de fin, c'est en continue tout le temps. L'amour 2.0. C’est un téléphone qui vibre dans ta poche.

Et partir de ce constat qu'on a tous ça et que nos textos à mon avis, sont très similaires. C'est pas grave, c'est ça qui est fun. C'est de la simple observation sur notre manière de communiquer actuel.

Félix

Et les projets de 2021 ?

Clyde

Je me suis pris un atelier dans un FabLab, c'est une grosse boîte à outils. Ils sont spécialisés dans la sustainability autour du textile. Le textile est le démon du développement durable à l'heure actuelle, et avec FabLab les gens viennent simplement pour utiliser les imprimantes 3D, découpeurs laser ou sinon tu peux monter toute ta première collection de tee-shirt.

J'y suis allée justement pour prendre un bureau là-bas, faire un stockage de peinture et surtout, lancer la première collection de tee-shirts en rapport avec toutes mes pièces artistiques des dernières années.

Félix

Tu t'éclates toujours avec le code ?

Clyde

Oui, bien sûr. La prochaine pièce aussi c'est un des premiers exos qu'on avait fait avec THP, où il s'agissait d'apprendre à scraper Twitter. Donc je reproduis exactement ça, mais avec un sens un peu plus poétique et intellectuel parce que parce que j'aime bien les mots.

Félix

Et donc, t'as fait quoi avec les mots ?

Clyde

Le concept c'est de scraper tweeter et de récupérer des tweets qui m'intéressent. Donc les tweets m'intéressent parce qu'ils vont avoir par exemple, le mot "je" ou "t'es" ou le mot "donner". Et à chaque fois, je vais récupérer le tweet le plus récent pour afficher toujours et encore le même aphorisme. Donc, les tweets changent, l'aphorisme ne change jamais.

Félix

Et alors, est ce que tu peux nous expliquer ce que tu voulais mettre derrière ça ?

Clyde

Il y a un côté où j'aime bien créer cette espèce de monument mort dans un site Internet, où tu fiches temporellement notre manière d'écrire, notre manière de communiquer, notre manière d'échanger. Là, ce n'est pas mon vocabulaire, c'est pas mes textos à moi, c'est vraiment l'étude des gens de la twittosphère. Et c'est encore plus représentatif de l'évolution de notre langage. Par exemple l'importance des smileys dans la communication écrite.

Félix

Est-ce que tu aurais un message à dire aux personnes qui nous écoutent ?

Clyde

Coder c'est facile, il n'y a pas besoin d'être un génie. Il faut juste du temps et de la patience. Et surtout la communauté est tellement bienveillante que c'est agréable. Et les filles ? Mettez-vous toutes à coder. Je l'ai vu pendant la formation, on était un peu en minorité et c'est dommage.

Félix

Eh bien super !

Clyde

Merci Felix, de m'avoir invité pour ce charmant moment.

Lire le chapitre 19

graphical divider

Ces articles devraient vous plaire

Pourquoi apprendre à coder pour devenir entrepreneur ?
Éducation
26 novembre 2021

Pourquoi apprendre à coder pour devenir entrepreneur ?

Vous vous demandez sans doute si apprendre à coder est une bonne chose pour vous lancer dans l'entrepreneuriat. Laissez-nous vous répondre simplement : Oui.

Félix Gaudé
Par Félix Gaudé
Comment recruter un développeur ?
Nos élèves
12 novembre 2021

Comment recruter un développeur ?

L'histoire d'Alexandra qui a arrêter le droit pour faire du recrutement

Guillaume Rochard
Par Guillaume Rochard
Comment créer son produit - app ou site web ?
Ressources
10 novembre 2021

Comment créer son produit - app ou site web ?

Créer son produit n'est pas réservé à une élite ! Nous allons voir les intérêts de la création d'un produit, ainsi que les méthodes code et no code pour le faire.

Félix Gaudé
Par Félix Gaudé
arrow-up icon