Faut-il apprendre le code ?

Faut-il apprendre le code ?

Avatar
par Guillaume Rochard, Content writer
04 août 2021

L'histoire de Raf, qui a appris à coder pour un projet professionnel mais à découvert bien plus

Apprendre l'informatique pour changer le monde

Toutes les semaines, l'émission Les casseurs de Code, donne la parole à des personnes qui ont appris le code pour ajouter une corde de plus à leur arc, de concrétiser des idées, de laisser libre cours à leur créativité, d'acquérir un état d'esprit. Ces personnes n'avaient pas toute vocation à devenir dev. Mais toutes ont découvert de nouveaux horizons et de nouveaux métiers. Comme dirait l'autre :

Code isn't the thing, it's the thing that gets us to THE thing.

L'histoire de Raf, qui a appris à coder pour un projet professionnel mais à découvert bien plus

Voici la retranscription de l'épisode de Raf, qui a fait THP en 2018. L'épisode est disponible au format audio à cette adresse. Et la retranscription ci-dessous :

Relire le chapitre 6

Faut-il apprendre le code ? : Chapitre 7

Félix

Bonjour Raf

Raf

Bonjour Félix

Félix

Tu as fait THP début 2018, qui étais-tu avant?

Raf

Je sortais des études d'architecture et j'avais un projet entrepreneurial. L'idée, c'était de monter une plateforme pour rassembler les sportifs et se motiver ensemble. Et donc, j'ai démarré ce projet en faisant ça via Facebook, WhatsApp, avec les copains, les copains de copains ...

Félix

Quel était ce projet ?

Raf

L'idée c'était qu'on se motive plus facilement à plusieurs que tout seul. Du coup, j'organisais des tournois de foot à cinq. Et j'organisais des cours de yoga, des cours de CrossFit, ect et donc j'ai démarré un peu comme ça en mode artisanal, via les contacts et via Facebook. Puis, petit à petit, est venu l'idée d'automatiser un peu tout ça parce que ça commençait à être compliqué d'avoir plus de monde et à plus grosse échelle seulement avec des textos et des messages personnalisés. Donc, je voulais monter un site web ou une application, et je devais apprendre à coder du coup. Voilà le pourquoi faire THP, sachant que j'ai découvert THP 3 jours avant que ça démarre.

Félix

Ça s'est passé comment la formation alors?

Raf

On sait bien que notre session c'étaient les meilleurs. On en parle encore et on se voit toujours avec quelques uns. Et si on ne se voit pas, il y a toujours du contact via Linkedin via Facebook ... Il y a toujours un petit coup de fil par rapport à une une galère de base de données.

Félix

On parle d'un groupe qui était beaucoup sur Paris, vous travailliez où?

Raf

80% de la session était sur Paris. Et donc on se retrouvait, on avait vite compris l'intérêt de se voir vraiment tous les jours, autant qu'on pouvait. Alors au début on n'avait pas encore trop de lieux, on cherchait toujours un co-working, un resto sympa, ... On a eu pas mal de péripéties mais on a fini à la bibliothèque de la fac des Grands Moulins, dans le 13ème. Pour le coup, on était la petite équipe initiale à 5-6. Et quand on a été là bas, tous les groupes ont suivis. On devait être  6-7 groupes sur place là bas à se retrouver tous les jours.

Ce qui était super c'était que, déjà je trouve que la force de THP c'est de se retrouver avec son petit groupe de 5-6, mais là c'était encore pire puisqu'on était une petite trentaine. Mais du coup, dès qu'on avait un souci il y avait toujours quelqu'un qui pouvait aider. Il y avait aussi des défis entre nous, ca nous poussait à aller plus loin que juste le projet.  Et c'est là qu'est née ma passion pour le front.

Félix

Mais du coup, qu'est ce qui a fait que votre promo était aussi soudée ?

Raf

Je pense qu'il y a eu le côté groupe qui s'est fait naturellement, la vie de groupe c'est quelque chose qui m'a toujours habité. D'où mon projet de rassembler les gens pour se mettre à faire du sport ensemble. Dans cette vie de THP, ce qu'on a réussi à en faire en ayant un esprit soudé dans les soirées mais surtout dans le code. J'ai des souvenirs on était à 2 heures du mat chacun chez nous et on était encore au téléphone.

En terme de niveau, je n'étais pas non plus dans les meilleurs, mais mine de rien j'ai fait mon petit bout de chemin. Du fait de l'effet de groupe tu te challenges, tu t'aides, tu te soutiens. C'est ça qui permet d'aller plus loin. Tout le monde peut aider tout le monde, quel que soit le niveau.  

Félix

Donc il n'y a pas forcément que les meilleurs qui aident les gens ?

Raf

Non clairement pas. Et puis meilleurs dans quoi? Parce que entre le back et le front, il y en a qui sont meilleurs d'un côté comme de l'autre. Donc pour les futurs membres THP, je ne saurais que trop vous encourager à vous soutenir à fond, à jouer la carte du groupe parce que c'est ce qu'il vous fera tenir le coup quand ca sera dur.

Félix

Donc ça fait trois ans que tu sais coder, depuis comment ça se passe ?

Raf

En fait avec cette petite team on a essayé de bosser ensemble dans l'idée de monter une petite web agency avec ceux qui voudraient continuer là dessus. Sur les 15, je crois qu'il y en a 7-8 qui étaient chauds pour continuer. On a continué avec eux pendant 2-3 mois, puis ça s'est réduit à peau de chagrin. Je pense qu'on n'avait pas trop pris la chose par le bon bout puisque on s'était dit qu'on allait continuer à monter en compétence puis après on ira chercher des clients. Sauf que ce qui fait qu'on reste ensemble quand on rentre dans la vie professionnelle, c'est aussi qu'il y ait des sous et des projets qui rentrent. Et la c'était pas le cas, donc avec un peu de recul ce qu'on aurait dû faire c'est de prendre des clients tout de suite, même si on n'avait pas vraiment les compétences.

Félix

C'est possible de faire ça ?

Raf

Si on prend déjà mon cas, mon projet d'app sur le sport j'ai démarré avec Facebook et WhatsApp. J'avais plus de 600 personnes différentes qui étaient venues sur mes événements. Etre capable de gérer une petite communauté comme ça autour de 600 personnes, c'est bien de démarrer avec un groupe Facebook ou WhatsApp. Donc c'est possible de démarrer sans savoir coder.

Bon, il y a peut être une barrière à l'entrée si c'est vraiment un projet tech au début, mais après tu gagnes les compétences qui te manquent pendant l'élaboration de ton projet.

Félix

Tu conseilles de se lancer direct ?

Raf

Ouais, d'essayer. Les besoins tu les verras apparaître petit à petit. J'aurai jamais appris à coder si je n'avais pas eu besoin de coder parce que j'avais déjà démarré un projet. Ça, je l'aurais jamais fait parce que j'étais très loin de cet univers là. J'étais dans le sport, dans l'architecture, ça n'avait rien à voir. J'avais aucune raison de partir sur du code, or un besoin dû à ce projet.

Félix

Donc tu continues a apprendre avec les autres, et finalement après tu fais quoi ?

Raf

Il y en a qui partent sur d'autres projets, il y en a qui ont des offres d'emploi et du coup je me retrouve avec mes super potes avec qui j'ai fait tout THP, et on repart sur le sport. Donc on code sur le projet en side project pendant quelques mois.  Au moment où le site n'était pas loin d'être lancé, covid, plus de sport. Tout ça terminé, on s'arrête. Je pense que ce n'était pas trop mal non plus parce qu'on avait une énorme problématique qui était la gestion des coûts des infrastructures. Parce que ça coûtait de l'argent de louer des salles, les terrains de foot et du coup ce n'était pas évident de dégager des marges sympa. Et il y a un acteur qui est arrivé sur le marché à ce moment là, qui eux ont réussi à sauter la barrière à l'entrée.

Ils ont réussi à récupérer des créneaux à la mairie de Paris dans les gymnases, ce qui était initialement illégal puisque la mairie n'avait pas le droit de louer les créneaux à des sociétés privées. Ils ont dû faire un accord avec eux et ils se sont retrouvés à avoir un coût d'infrastructures de 30 euros alors que moi c'était 400 euros.

Du coup je suis parti sur la freelance mais ça faisait 2-3 missions que j'avais refusé parce qu'on me demandait de faire du back et du front, et je m'étais dit que je n'avais pas trop les compétences pour faire la partie back. Du coup, je propose à un mec de THP, qui lui n'aimait pas le front.

Donc voila on se prend une mission, on prend un petit peu d'expérience. Lui avait déjà travaillé en tant que salarié après THP, il avait un bon niveau en back principalement. Les projets avancent un peu et on a arrêté de travailler ensemble en septembre/octobre et maintenant, je suis à mon compte.

Je fais donc des missions pour faire des sites et puis surtout cet hiver, super sympa, une école m'a contacté pour donner des cours. Donc, j'ai donné des cours de HTML, CSS, JavaScript pour des élèves qui étaient en Web design. Ils avaient une partie dév à faire dans leur cursus, mais la chance que j'ai eue c'est que c'était une petite promo. C'était la première promo de l'école dans cette spécialité. Ils n'étaient que deux, donc je me suis retrouvé tout seul avec deux élèves.

Pour eux, c'était un confort incroyable parce qu'ils avaient un prof pour deux. Et puis pour moi, j'étais super proche d'eux aussi, t'as le temps de voir des choses, de revenir sur des choses ... Le premier jour on était arrivé à la fin du troisième jour de ce que j'avais prévu. Ça allait beaucoup plus vite que ce que j'avais prévu et donc fallait sans cesse leur donner à manger et essayer d'aller un peu plus loin, revenir sur des choses pour approfondir ... C'était une super expérience, ils étaient super contents de ce que j'ai donné.

Félix

Au final tu as fait THP et faire du code pour répondre à un besoin précis. Et j'ai l'impression que depuis la fin de THP, ta vie gravite autour de l'univers du code, de l'échange, du partage. Il y a un avant et un après apprentissage du code. Quelles sont les différences de après par rapport à avant? Qu'est ce que le code t'as permis de faire ?

Raf

Le code m'a permis de me rendre compte qu'il y a beaucoup de choses qui sont pénibles/inutiles/pas très intéressantes et qui sont automatisables. C'est clair que ça a été une vraie révélation. Maintenant, je dirais aussi que ça m'a ouvert un champ des possibles parce que les compétences que j'ai développées avec THP me servent pas qu'à travailler sur du code. C'est à dire que là aujourd'hui, j'ai une boite qui me sollicite en free lance qui fait de l'analyse de data dans le sport. Ils m'ont sollicité pour travailler sur du UX, j'aime beaucoup ça et je ne suis pas trop mauvais là dedans. Tout ce qui est processus de conception ca me passionne et je pense que c'est le vrai parallèle et le vrai rapprochement que je peux faire entre les études d'architecture et le code.

Mais c'est super intéressant de te dire qu'en fait, j'ai appris du code qui est une compétence technique et qui permet de soulever plein d'autres points autour de la conception d'un produit, d'un site, d'un parcours utilisateur, d'un design ... que je n'aurai pas découvert si je n'avais pas fait du code.

Félix

Merci beaucoup d'avoir accepté de jouer le jeu de cette petite interview.

Raf

Faites THP! Même si vous ne savez pas si vous en ferez votre métier, ça vous ouvrira des perspectives et des portes pour appliquer à vos autres passions et métiers.

Lire le chapitre 8

graphical divider

Ces articles devraient vous plaire

Que faire si on ne trouve pas d'emploi ?
Nos élèves
15 septembre 2021

Que faire si on ne trouve pas d'emploi ?

L'histoire de Fanny, qui a crée son entreprise parce qu'elle ne trouvait pas de travail dans ce qu'elle voulait

Guillaume Rochard
Par Guillaume Rochard
Comment faire de la cybersécurité ?
Nos élèves
08 septembre 2021

Comment faire de la cybersécurité ?

L'histoire de Baptiste, qui est hacker pour le Ministère des Armées

Guillaume Rochard
Par Guillaume Rochard
 Peut-on faire de l'art avec le code ?
Nos élèves
02 septembre 2021

Peut-on faire de l'art avec le code ?

L'histoire de Clyde, qui s'aide du code pour faire ses œuvres d'art

Guillaume Rochard
Par Guillaume Rochard
arrow-up icon