Faire un bootcamp plutôt que des études ?

Faire un bootcamp plutôt que des études ?

Avatar
par Guillaume Rochard, Content writer
07 août 2021

L'histoire de Fleur, qui a crée son agence web après la formation THP et le Covid

Apprendre l'informatique pour changer le monde

Toutes les semaines, l'émission Les casseurs de Code, donne la parole à des personnes qui ont appris le code pour ajouter une corde de plus à leur arc, de concrétiser des idées, de laisser libre cours à leur créativité, d'acquérir un état d'esprit. Ces personnes n'avaient pas toute vocation à devenir dev. Mais toutes ont découvert de nouveaux horizons et de nouveaux métiers. Comme dirait l'autre :

Code isn't the thing, it's the thing that gets us to THE thing.

L'histoire de Fleur, qui a crée son agence web après la formation THP et le Covid

Voici la retranscription de l'épisode de Fleur, qui a fait THP en 2020. L'épisode est disponible au format audio à cette adresse. Et la retranscription ci-dessous :

Relire le chapitre 8

Faire un bootcamp plutôt que des études ? : Chapitre 9

Félix

Bonjour Fleur!

Fleur

Salut Félix

Félix

Fleur tu as fais THP il y a un an, qui étais-tu avant ?

Fleur

C'est assez simple, je venais juste de finir mes études. J'ai décidé de faire la fac pour entrer en licence parce qu'à la sortie du lycée, on te dit que la voie royale c'est la prépa puis la grande école, etc. J'ai tout de suite senti l'entourloupe de la prépa où tu n'as aucune liberté, on te demande de réfléchir, mais on te demande de réfléchir dans un moule. Je savais que ça n'allait pas me plaire. C'était donc un choix de partir en licence qui te permet de réfléchir, de faire tourner tes méninges, mais de garder cette liberté.

Donc je suis partie à l'université pendant 3 ans, et puis après je suis parti en école de commerce à l'Université de la Bocconi, qui est donc l'école de commerce de Milan. Donc il y a un an et demi je venais de finir mon stage de fin d'études à Paris. Un super stage pendant 6 mois que j'ai beaucoup aimé.

J'étais à 20 minutes à pied de mon job, très confortable, hyper confortable. J'avais un super job, j'avais un super manager, j'avais un super boss, j'étais très bien payé. Et puis, je savais qu'il y avait un CDI à la clé et qu'on me le proposait et donc la voie royale au final. Et je me suis dit non, moi, le CDI, j'en veux pas.

C'était pas Paris que j'aimais pas mais la vie que t'offre Paris. C'est ces contraintes, comme tout le monde, tu te lèves le matin et tu dois aller bosser. Tu bosses pour quelqu'un, tu es obligé de rendre, d'être productif pour quelqu'un puisque c'est pas toi le boss. Et même si je m'éclatais et que c'était un super job, je n'étais pas heureuse.

Félix

Donc qu'elle vie était pour toi ?

Fleur

Et ça, c'était ma grande question. J'ai passé une grande partie de mes études à me demander ce que j'allais faire après. Je savais l'environnement que je voulais, je savais que je voulais être libre, que je voulais avoir le choix et que je voulais me réveiller tous les matins en me disant mon job il est cool, les gens avec qui je bosse sont incroyables. Je voulais un job où tu travailles et c'est toi qui fait tes choix. Tu choisis avec qui tu bosses, comment tu bosses, à quelle heure tu bosses, tu choisis tes projets, tu choisis d'où tu bosses, tu choisis tes horaires ... ce que Paris t'offre pas forcément.

Donc pendant mes études, j'aspirais à cet environnement sans vraiment savoir mettre un métier dessus. Est-ce que c'était consultant? Ouais, tu vois plusieurs clients, plusieurs projets, plusieurs industries c'est sympa. Est-ce que c'était du plus concret? Est-ce que c'était de la finance? Je savais l'environnement de travail et le style de vie que je voulais avoir, mais je ne savais pas du tout comment ça allait se matérialiser.

J'ai matérialisé ce souhait après THP.

Félix

 A ce moment là, tu avais matérialisé l'entrepreneuriat?

Fleur

J'ai toujours été un parcours entrepreneurial. J'avais commencé à monter il y a une paire d'années, un projet de crème solaire écologique qui protège les coraux et l'environnement. C'était un peu la fibre, mais après l'entrepreneuriat c'est hyper dur.

On te vend la startup Nation en France, où on te dit vaz-y, lances-toi. C'est hyper sexy de devenir entrepreneur. Mais concrètement, quand tu te lances tu ne fais pas d'argent, t'es personne et tu vis chez tes parents.

Et ça, on te le vend un peu moins au début. Il y a beaucoup de gens qui bossent 3 ans dans une industrie, une boite, un poste et après tu as deux ans de chômage et tu lances ta boite. Et je me suis dit même ces 2 ans, j'ai pas envie de les perdre. Je savais que je voulais monter ma boite juste après mes études. Mais là, t'as pas de parachute, t'as rien. Ça veut dire que si tu fais 0 dans ton mois, tu fais 0.

Mais ça te donne faim. Comme t'as pas de sécurité, faut y arriver. Y'a pas le choix. Soit tu y arrives, soit tu retournes dans ta vie parisienne avec ton CDI dans lequel t'es pas épanouie. C'est sûr que ça te donne une motivation. Tu te lèves le matin avec les crocs et t'as envie d'y aller.

Mais ce n'était pas un risque qui me faisait peur. J'ai pas besoin d'énormément d'argent pour être heureuse et ça aide au début. Le justifier auprès de ton entourage, c'est ça qui est compliqué aussi. Quand tu es auto-entrepreneur au début, c'est justifier que tu as refusé un CDI, que tu gagnes pas d'argent, que tu vis chez tes parents à 25 ans. Mais moi ça me dérangeait pas parce que je savais que c'était le prix à payer au début. Pour choisir mon parcours et choisir la vie mais que j'adore maintenant. Tu vois, c'est très drôle, j'ai dit à mon frère il y a 3 jours que là, tout de suite, si tu me demandais de changer quelque chose dans ma vie, je changerais rien. Je suis au bon endroit avec les bonnes personnes à faire les bonnes choses.

Félix

Pourquoi ne pas avoir monté ta boîte directement il y a un an et demi?

Fleur

Donc, je refuse ce CDI à Paris et je me dis tiens, est ce que je n'irai pas voyager pendant 3 ans? Le truc qu'on se dit tous. C'est sympa mais faut financer tout ça. Alors pourquoi pas digital nomade ? Apprendre à coder, à faire des sites Internet,  moi, les maths et les proba j'adore ça. Allez go je fais ca.

Ça veut dire que à cette époque là, le code c'était pas une fin mais un moyen. Un moyen pour moi d'aller voyager et d'aller surfer aux Philippines pendant trois ans. Je me dis ça, je me dis que THP c'est juste 3 mois, j'ai que eu des retours positifs d'anciens élèves de THP. J'ai pas grand chose à perdre.

Je suis diplômé THP au mois de mars et là, le pays s'arrête. C'est Covid, les frontières fermes. Tu pars plus à l'étranger. Donc t'es chez toi, t'as pas de boulot parce que tu as refusé ton CDI? OK tu viens de finir une formation, mais c'est que 3 mois. 3 mois auparavant, je n'avais pas fait une seule ligne de HTML. Donc j'ai appris un métier en 3 mois, mais tu sais aussi que t'as encore beaucoup de choses à apprendre.

Et puis, tu ne peux pas sortir de chez toi, tu peux même pas te faire embaucher quelque part parce que toutes les boites arrêtent de recruter. Et c'est là que je me suis dit avec un collègue de THP, on est enfermé à la maison pendant probablement deux mois, donc on code. On s'est mis à nos ordinateurs et on codait déjà 15 heures par jour pendant THP, et là on a codé 15 heures par jour sur un logiciel qu'on a développé nous mêmes.

Félix

Quel logiciel?

Fleur

On a développé un logiciel pour les centres de plongée pour qu'ils puissent gérer leurs centres de A à Z, un système de facturation, gestion des clients, etc. Évidemment dans l'idée, potentiellement, d'aller le vendre derrière quand j'allais surfer aux Philippines.

On se lance là dedans, on sort un MVP dont je suis extrêmement fière et je remercie Jonas de m'avoir suivi là dedans pendant pendant trois mois. C'est un gars absolument incroyable. Et ce qui est très chouette aujourd'hui, c'est que je me rends compte que tous ces profils là, je te disais je suis au bon endroit avec les bonnes personnes. Toutes ces bonnes personnes, je les ai rencontrés par THP. Tout mon environnement professionnel est lié d'une façon ou d'une autre à THP, je ne sais pas comment je me suis débrouillée.

C'est la grande force de THP, c'est les liens qu'on lient pendant pendant 3 mois. Et aujourd'hui j'ai monté mon agence web et les gens qui bossent avec moi tous les jours, soit on fait THP, soit j'ai été mis en contact via THP.

Félix

Donc vous montez votre application, et après?

Fleur

On est au mois de septembre entre les 2 confinement. Ça pue pour le deuxième, les frontières sont toujours bloquées. On ne peut toujours pas partir à l'étranger. Donc mon projet d'aller vendre mon logiciel de plongée tombe à l'eau parce que depuis la France, tu ne peux pas faire grand chose.

Au final on se retrouve coincé, le projet va nous coûter plus d'argent qu'il va nous en rapporter. C'était pas le moment, tous les clubs de plongée fermés, c'était l'hécatombe. Ça faisait 8 mois qu'ils n'avaient pas eu un client. Ça n'allait pas. On était pas au bon endroit au bon moment pour le coup.

Et on a très bien fait le laisser de côté, c'est une super carte de visite. Et quand tu te lances, il faut des projets cartes de visite. Ce projet nous a beaucoup aidé pour la suite. Donc on est en septembre et là, je prends la décision après avoir discuté avec deux anciens THP, Mathilde et Hugo.

Matilde était toujours en agence à l'époque et Hugo était freelance. Et elle se demandait si elle rejoignait Hugo en tant que freelance pour monter leur agence tous les deux. Leur positionnement, c'était de se dire que aujourd'hui, quand tu as un projet Web, t'as deux choix :

Soit tu fais appel à une agence, oui tu as une palette de compétences, mais ça te coûte une blinde et ça te prend énormément de temps de développer, c'est des projets qui sont longs.

Soit tu fais appel à un freelance, c'est moins cher et plus rapide. Mais le problème du freelance, c'est que t'as des charlatans dans le milieu et que tu mets 2 000 euros sur la table. Ton freelance, soit il se casse la jambe, soit il décide d'élever des chèvres dans le Vercors. Et ton projet tombe à l'eau. C'est le risque du freelance. Et eux, ils ont crée une agence avec des freelances, ça te permet d'avoir une palette de compétences énorme. Tu sécurises et tu donnes confiance à tes clients parce que tu leur dis que toi, tu n'es pas indispensable. Si toi, tu arrêtes le projet demain, il y a quelqu'un à côté qui le reprend. Tout en gardant des prix hyper concurrentiels parce que t'as pas de charges et t'as pas de locaux.

Moi, à l'époque, je pars sur Le Havre et je fais la même chose et je lance mon agence avec des freelances et je commence à benchmarker avec qui j'aimerais bien bosser. Il y a trois personnes qui me rejoignent et c'est l'équipe de LH Web Design aujourd'hui.

Félix

Toi tu fais quoi à l'agence ?

Fleur

Au delà de l'aspect commercial de l'agence, je m'occupe de développer tout ce qui est site e-commerce, site vitrine, click and collect, mais également tout ce qui va être UX design et marketing des applications mobiles qu'on développe à l'agence.

Donc moi, je dessine des maquettes et après Jean-Mathieu, notre développeur incroyable, développe tout ce qui est application sur iOS et Android, objets connectés, ... la totale.

Félix

Tu fais moins de code du coup?

Fleur

Ouais je me suis détaché du code. Pourquoi? Parce que je me suis rendu compte qu'il y avait des gens bien meilleur que moi là dedans. Et qu'en fait, quand tu montes ta boite, si tu fais quelque chose qui te plait, mais dans laquelle tu es pas là ou le meilleur, tu perds du temps et donc de l'argent. Si je veux faire une ligne de code, ça me prend 5 minutes, Jean-Mathieu ça lui prend 2 secondes.

Félix

Et alors, ce que tu fais aujourd'hui est en lien avec le code?

Fleur

Oui tous les jours. J'ai appris mon métier à THP. Il y a un an et demi je ne savais pas faire une ligne de HTML, je ne connaissais rien. Et aujourd'hui? T'arrives en rendez vous client et tu vends des projets d'applications à 60.000 euros. Des trucs hyper complexes avec des API dans tous les sens. Moi j'y connais rien, mais on me demande pas de savoir faire, on me demande de connaitre et d'avoir la crédibilité devant le client. Et THP te donne cette crédibilité. Ça te donne tout ce background technique, cette culture web que j'utilise tous les jours.

Et puis THP, c'est une méthode aussi. La méthode, c'est que t'apprend que peu importe le problème, tu peux trouver une solution par toi même. Moi je sors d'un parcours académique où on te prémâché tout, les études ne te préparent pas à ce qui va se passer après. Je n'ai pas peur de dire que j'ai appris plus en 3 mois à THP qu'en 6 ans d'études.

Je trouve le concept de THP révolutionnaire. Cette nouvelle pédagogie, t'as pas besoin de profs, t'as juste besoin de gens à côté de toi qui sont autant passionnés que toi, du temps et du boulot.

Félix

Donc tu signes ton premier client, et après ?

Fleur

Alors on a lancé l'agence au mois de septembre, dans la foulée on signe très rapidement le premier client. Le deuxième confinement est annoncé en octobre et à ce moment là, j'ai une compétence. Ça veut dire que les sites Internet, je sais en faire, je peux en faire et en plus assez rapidement. On réfléchit avec l'équipe et on se demande qu'est ce qu'on pourrait faire pour ces commerçants qui sont franchement en galère et a qui on n'offre aucune solution?

On décide alors d'essayer de monter un petit concept où on leur créer des landing pages pas chères. Nous on perdait de l'argent. C'était hyper simple. En fait le concept, les gens payaient ce qu'ils allaient consommer à la fin du confinement. Ça veut dire que ton magasin de chaussures n'avait pas le temps de faire un site e-commerce et de référencer les 500 produits. Mais on pouvait dire, je donne 100 euros au magasin de chaussures tout de suite là maintenant, parce que la tréso allait dans le rouge. Et quand ça se déconfine, dans 6-8 semaines, j'ai mon bon d'achat de 100 euros et je vais acheter ma paire de chaussures.

Donc voilà le deuxième confinement passe, et là c'est une traversée du désert qui commence. Mon moral était pas hyper haut, tu te retrouves reconfiné, il n'y avait pas de business en France. Tout était à l'arrêt. Les gens avaient énormément de mal à se projeter. Personne ne voulait dépenser les sous. Et même si les gens savaient qu'ils devaient investir dans le digital, comme ils avaient zéro visibilité, ils n'allaient pas claquer 5000 balles pour un site Internet alors que tu ne sais pas si tu vas être fermé pendant 6 mois, 8 mois, 2 ans, on ne savait pas. Et nous, on faisait zéro client. C'était compliqué, je commençais à cogiter et à douter. 

Et puis, je pourrais pas te dire pourquoi, au mois de mars, ça reprend. Ça reprend, mais hyper fort. Et là, aujourd'hui, le carnet de commandes est plein pour les trois prochains mois. Il est plein. Les clients sont ravis, 90% nous redemandent une deuxième prestation et on a des clients incroyables qui nous font confiance.

Donc aujourd'hui, carnet de commandes plein, c'est la vie que j'aspirais quand j'avais 18-20 ans. C'est cette vie que je voulais.

Félix

Il me reste plus qu'à te remercier Fleur pour nous avoir raconter ton parcours. Ce fut extrêmement enrichissant.

Fleur

Merci Félix. J'ai passé un super moment aussi.

Lire chapitre 10

graphical divider

Ces articles devraient vous plaire

Pourquoi apprendre à coder pour devenir entrepreneur ?
Éducation
26 novembre 2021

Pourquoi apprendre à coder pour devenir entrepreneur ?

Vous vous demandez sans doute si apprendre à coder est une bonne chose pour vous lancer dans l'entrepreneuriat. Laissez-nous vous répondre simplement : Oui.

Félix Gaudé
Par Félix Gaudé
Comment recruter un développeur ?
Nos élèves
12 novembre 2021

Comment recruter un développeur ?

L'histoire d'Alexandra qui a arrêter le droit pour faire du recrutement

Guillaume Rochard
Par Guillaume Rochard
Comment créer son produit - app ou site web ?
Ressources
10 novembre 2021

Comment créer son produit - app ou site web ?

Créer son produit n'est pas réservé à une élite ! Nous allons voir les intérêts de la création d'un produit, ainsi que les méthodes code et no code pour le faire.

Félix Gaudé
Par Félix Gaudé
arrow-up icon